LES PRINCIPES PEDAGOGIQUES PRATIQUES

LES PRINCIPES PEDAGOGIQUES PRATIQUES

LES PRINCIPES PEDAGOGIQUES PRATIQUES 150 150 GM Conseil Formation

6.1 LES PRINCIPES DE L ‘ACTE PEDAGOGIQUE PRATIQUE

Les principes pédagogiques à appliquer en formation pratique.

Que vous soyez coach, entraîneur sportif, tuteur, formateur occasionnel, ou simplement collègue, il est bon de connaitre et respecter une certaine méthode dans vos pratiques pédagogiques afin que l’apprentissage de votre formé soit optimal ! Comment former quelqu’un en pratique ?

Par l’expérience, ces principes pédagogiques pratiques peuvent être plus ou moins innés chez la personne qui a en charge cette formation, il reste souvent à les réorganiser et à les accompagner de petites astuces complémentaires pour rendre l’apprentissage efficace.

Allons dans le vif du sujet, pour former quelqu’un en pratique quelque soit le sujet, il faut respecter les étapes suivantes (nous prendrons l’exemple du boulanger et de son apprenti) :

Expliquer ce qu’il faut faire, argumenter et donner du sens : Par exemple, notre boulanger va expliquer quels ingrédients il faut prendre pour faire le pain, pourquoi telle farine, quelles quantités, quel matériel…. Pendant ce temps-là l’apprenti écoute.

Deuxième phase qui peut se faire soit après la première, soit en même temps, à savoir, montrer comment faire : Ici le boulanger montre et/ou explique comment faire pour faire le pain, pour utiliser le matériel, pour cuire le pain…pendant ce temps-là l’apprenti écoute et observe.

Puis vient l’étape du « faire faire », une fois les explications et la démonstration faite par le formateur, c’est au tour du formé de réaliser l’action. Bien sûr il est important que le formateur demande si le formé à bien tout compris avant de lui faire faire ! Ici donc selon notre exemple, c’est l’apprenti qui va réaliser le pain, pendant ce temps-là le boulanger est à côté, il observe, analyse ce que fait l’apprenti et le stoppe si danger ou risque majeur.

Une fois l’action terminée par le formé, le formateur pourrait vite avoir tendance à faire son retour et à donner son avis sur ce que le formé a fait, alors qu’il serait plus judicieux de lui demander d’abord à lui son avis sur ce qu’il a réalisé ! Cette technique de l’auto-analyse est trés puissante, le formé analyse lui-même son travail, le compare à celui du formateur, trouve des différences et des solutions pour, si besoin, faire mieux ! Une fois ce travail d’analyse effectué par le formé, il ne reste plus au formateur qu’à compléter, confirmer ou infirmer en respectant une nouvelle fois quelques règles élémentaires (que nous verrons lors d’une prochaine publication). Notre boulanger demande donc à son apprenti ce qu’il pense de son propre travail, de comparer par rapport à son pain à lui et de trouver des explications à ces différences, puis il donne son avis de boulanger.

Enfin, une fois ce travail d’auto-analyse du formé et de retour constructif du formateur effectué, il est temps de « faire refaire ». L’apprenti a trouvé lui-même des pistes d’amélioration, le boulanger a préconisé ses conseils, l’apprenti recommence un autre pain….